L'homme tel un Arbre

 

La tradition chinoise représente l'Homme entre Terre et Ciel.

 

 

 

L'Homme debout les bras tendus vers le ciel et les jambes écartées s'apparente véritablement à un Arbre.

 

 

 

Il reçoit comme l'Arbre l'énergie du Ciel, celle des éléments (air, soleil, eau) par le haut de son corps. Ses antennes sont ses mains et  la fontanelle.

 

 

Comme l'Arbre, il reçoit également l'énergie de la Terre. Ses récepteurs sont ses pieds et le périnée.

 

 

 

 

En médecine chinoise, ces échanges énergétiques dans les 2 sens se font, entre autres, grâce aux 12 grands méridiens d'acupuncture (Cf. schéma).

 

 

 

Six méridiens partent de la Terre et montent vers le Ciel, six autres partent du Ciel et descendent vers la Terre.

 

Entre ces deux extrémités, l'énergie est transformée par l'Homme.

 

 

 

L'Homme puise donc sa force et son énergie à la fois dans l'énergie de la Terre et dans l'énergie du Ciel.

 

 

 

L'énergie de la Terre confère à l'Homme sa force, sa vitalité, sa stabilité et son  ancrage. On constate de nettes différences sur ce point entre les occidentaux d'un côté, et les orientaux et africains de l'autre.

 

Les africains sont naturellement en contact avec l'énergie de la Terre, marchant et dansant souvent pieds-nus.  Lorsqu'ils dansent, l'énergie de la Terre leur apporte une dynamique et une puissance de mouvement.

 

Les occidentaux sont moins reliés à cette énergie de la Terre.

 

 

 

La sève remonte depuis les racines de l'Arbre jusqu'à ses feuilles. Elle agit donc comme le sang qui parcourt les veines de l'Homme.

 

L'Arbre puise ses forces dans la Terre où sont enfouies ses racines solides et larges, qui continuent de se déployer infiniment sous terre, en profondeur et sur les côtés.

 

 

 

L'Homme a également besoin de se relier à la Terre, de vivre en conscience de cette Terre qui le nourrit, de connaitre ses racines et ses origines. Il  y puise sa puissance, sa force, son identité et sa capacité d'évolution.

 

Comme l'Arbre, il a besoin d'une Terre fertile qui lui permette de croître.

 

 

 

On peut comprendre comme il est difficile pour un être humain de ne pas connaître ses origines et d'ignorer d'où il vient. Des repères conséquents lui manquent pour grandir et pour se construire.

 

 

 

L'Homme va retirer de nombreux bienfaits à se connecter davantage à la Terre, à ressentir son énergie et sa chaleur, ainsi qu'à prendre plaisir à marcher et à danser pieds-nus.

 

Le printemps et l'été lui offrent cette parenthèse. En effet, ces saisons sont propices à nous nourrir davantage de cette énergie. Nos pieds-nus foulent l'herbe, le sable ce qui nous apporte davantage de vitalité, de détente et de bien-être. Notre ancrage s'en trouve également renforcé.

 

 

 

Si on visualise l'Homme tel un Arbre, il va également puiser son énergie du Ciel. Si on compare ses bras tendus vers le Ciel aux branches d'un Arbre, on peut en déduire qu'il a comme l'Arbre une capacité à se déployer, à développer sa souplesse, sa légèreté et son adaptabilité.

 

En effet, lorsque le vent souffle, les branches de l'Arbre s'agitent plus ou moins fortement, mais son tronc lui reste stable et solide, à l'exception bien sûr de fortes tempêtes qui peuvent en faire tomber certains.

 

 

 

Les éléments (l'air, l'eau, le soleil, Terre) vont nourrir l'Arbre. L'Homme a besoin également de cette nourriture, celle qui fait que chaque jour il peut grandir, se nourrir et vivre.

 

Bien sûr le soleil lui prodigue une énergie essentielle. Sa luminosité et sa chaleur  le nourrissent en profondeur et contribuent à son bien-être psycho-corporel.

 

L'air constitue l'élément le plus important permettant à l'Homme de se relier à la Vie dès sa naissance.

 

 

 

L'Arbre s'élève vers le haut, grandit, déploie ses branches et ses racines. L'Homme peut également en conscience chaque jour se déployer davantage, s'élever davantage, évoluer, devenir plus fort, plus stable, plus souple et plus vivant en étant relié en conscience aux énergies de la Terre et du Ciel.

 

 

 

Le fruit nait de l'Arbre. De belles récoltes peuvent naître aussi de l'Homme conscient entre Terre et Ciel.

 

 

 

Nathalie SADOK

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0