Exposition "Naissances" à Paris (Été 2006)

 

 

J'avais envie d'ouvrir ce sujet sur cette magnifique exposition sur le thème 'des Naissances' qui s'était tenue au Musée de l'Homme à Paris de début Novembre 2005 à début Septembre 2006.

 

 

L'approche des naissances y était pluriculturelle. On circulait avec un casque pour pouvoir écouter chacun des reportages sur écran ou les témoignages audio.

 

 

Cette exposition m'avait vite permis de réaliser combien notre civilisation occidentale s'est éloignée du caractère sacré de la naissance, au profit d'une grande médicalisation et du coup une approche qui a perdu tant en humanité…

 

 

 

 

 

L'accouchement :

 

 

J'ai été captivée par les cultures africaines (Sénégal, Burkina Faso, Mali, Guinée, Côte d'Ivoire), vietnamiennes, algériennes (kabyles) et réunionnaises.

 

 

Les témoignages et les reportages furent profondément beaux et émouvants.

 

 

La position allongée n'y était pas présentée comme la meilleure qu'il soit (enfin en tout cas ni mieux ni moins bien que tout plein d'autres), mais surtout comme une norme mise en place.

 

 

La vidéo de la 'danse de jeunes filles' en Guinée, mimant l'accouchement était un véritable hymne à la Vie.

 

 

Quelle fête avant la fête, la joie, la danse, les pieds tapant la mesure, le corps dansant de la jeune femme mimant l'accouchement jusqu'à s'agenouiller pour enfanter puis montrer au grand jour son bébé dans une explosion de joie rayonnante. Une joie partagée par les autres femmes autour d'elle...

 

 

On découvrait aussi des femmes maghrébines et africaines accouchant chez elles, assises entourées de femmes et d'enfants. Et tous ces regards émerveillés d'enfants voyant la vie arriver, ces femmes entourant de leurs bras la femme pour l'encourager et la soutenir.

 

 

On était aussi invités à découvrir des exceptions en France : Des couples qui optent pour une telle naissance à la maison. Des cas isolés, exceptionnels...encore aujourd'hui...

 

 

 

 

 

L'haptonomie :

 

 

Sans oublier bien sûr la belle approche occidentale de "l'haptonomie". Quel magnifique accueil est ainsi fait au bébé tout au long de la grossesse, aussi bien par la maman que par le papa, et ce jusqu'à la naissance de l'enfant.

 

 

 

 

 

 

 

Le placenta :

 

 

Pour revenir aux cultures étrangères, comme il est dommage qu'en occident le placenta soit considéré comme un déchet, alors que dans tant de cultures, surtout africaines, le placenta est le double de l'enfant, et est donc très sacré.

 

 

En Afrique, il fait l'objet d'un grand rituel, on l'enterre près de la maison, près du lieu où la maman a mis au monde son enfant, pour signifier 'son ancrage à la Terre qui l'a fait naître'…

 

 

 

 

 

 

Les remèdes naturels :

 

 

Et comme toutes ces cultures étrangères font encore appel à tout ce qui existe depuis toujours sur notre chère Terre (tisanes, bains de plantes) pour :

 

  • Faciliter l'accouchement (rapprocher naturellement les contractions)
  • Remettre les intestins de la maman de toute sa grossesse
  • Les intestins du bébé et pour lui éviter des boutons  

 

Et toutes ces plantes données aux enfants en Afrique pour renforcer les gencives de bébé, la maman frottant bien avec ses doigts tout autour des gencives.

 

 

 

 

 

 

Les rituels :

 

 

Comme ils étaient beaux tous ces rituels qui accompagnent la naissance.

 

 

Une femme kabyle mettant son lait dans une cuillère, puis baignant un bijou ‘en argent’ dedans pour le faire sucer à son bébé, pour qu'il soit bon avec elle, bon avec tous les êtres etc.

 

L'eau des bains donnée aux enfants en Afrique et en Asie pour les purifier et les protéger aussi parfois.

 


Des rituels de bain si simples en Afrique : la maman assise, le bébé sur ses jambes allongées ou pliées, la bassine en dessous. Un contact total avec la maman, des gestes qui coulent, pas de peur, que de l’amour, si simples si authentiques.

 

 
Sans oublier les gestes innés des mamans massant leurs bébés.

 

 

 

Mais aussi les rituels religieux ou simplement culturels qui accueillent le nouveau-né.

 

Par exemple chez les musulmans, l'accueil du nouveau-né avec l'eau recueillie après avoir été versée sur une plaque ornée de versets du Coran.

 

 

 

Le beau souvenir des rituels vietnamiens. Un mois après sa naissance, une dame est désignée pour faire la reconnaissance, les remerciements de la naissance et du développement de l'enfant 'aux douze mères célestes'.

 

 

Et toute cette joie, cette fête qu'occasionne la naissance d'un enfant dans les cultures étrangères, la femme choyée, des plats pour que ses intestins se remettent de toute la grossesse, les meilleurs plats lui sont faits, les plus chers mêmes parfois.

 

 

 

La découverte des bercements et du chant prôné par les femmes kabyles, même quand la maman est fatiguée. Certes le relais est aussi parfois passé aux autres femmes de la famille quand la fatigue la gagne.

 

 

 

 

 

 

Une solidarité naturelle :

 

 

Une solidarité naturelle qui se met en place, avec ses inconvénients aussi, car la maman a parfois du mal à garder sa place…

 

 

Les bercements et le chant sont donc toujours présents pour le bébé.

 

 

 

 

La reconnaissance du nouveau-né :

 

 

Quant au signe de reconnaissance du nouveau né, tellement plus beau que le simple bracelet qui orne chez nous le poignet de l'enfant.

 

 

Par exemple, en Afrique, le pagne du même tissu que celui de sa maman permet l'identification du bébé! Une véritable parure.

 

 

 

 

 

 

Je termine ici mon partage sur cette dimension sacrée de la naissance  dont nous nous sommes tant éloignés...

Il me semble évident que cette exposition a dû marquer toutes celles et tous ceux qui l'ont vue.

 

 

Une exposition qui invitait à porter un regard différent sur la grossesse, l'accouchement, l'accueil de l'enfant et qui nous ré-ouvrait à la "dimension sacrée" de la naissance d'un enfant.

 

 

 

 

 

Nathalie SADOK

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0